Flash

Les négociations annuelles obligatoires au niveau du groupe BPCE ont débutées ...mais la patronne n'a toujours pas envie de redistribuer de manière plus égalitaire NOS richesses crées !  Sud-Solidaires demande une augmentation générale de 5%, un salaire mini de 1700 euros net, en autre. Allons nous ne rien faire ? ou bien nous réunir pour faire avancer nos demandes ? UNISSONS NOUS !

Comprendre le C.S.E : Le Comité Social (?) très Economique…

cse 092018Comprendre le C.S.E : Le Comité Social (?) très économique…

D’abord, un indice : ne pas confondre « réduire la fracture sociale » avec « diviser la facture sociale ».

L’ordonnance Macron du 22 septembre 2017 fusionne les 3 Institutions Représentatives du Personnel (CE : Comité d’Entreprise,  DP : Délégué-es du Personnel et CHSCT : Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail) en une seule instance appelée C.S.E. 

Selon son créateur, cette fusion a pour vocation à « améliorer l’association des représentant-es du personnel aux décisions de l’employeur ».

Intéressons-nous maintenant à la recette pour améliorer cette fameuse « association des représentant-es du personnel et des employeurs » : 
Côté patronal : d’abord, un principe simple. Une représentation salariale plus light est bien plus digeste !
Maintenant focus sur les ingrédients et le dosage avec un mot d’ordre : diviser pour mieux digérer (à ne pas confondre avec diviser pour mieux régner….quoique….)
Pour un bon CSE, il faut :
1/  Diviser par 3 les Instances Représentatives du Personnel
2/  Diviser par 3 le nombre de représentant-es des salarié-es
3/  Diviser par 3 les moyens alloués aux représentant-es élu-es pour travailler sur le territoire le plus vaste du Groupe BPCE et ainsi diviser la facture sociale
4/  Faire approuver la recette par les organisations syndicales « réformistes » SU-UNSA et CGC
5/  Récompenser le meilleur partenaire social qui signe l’accord patronal (promotion et augmentation)
6/ Faire cuire jusqu’au 31.12.2019 maximum (date butoir pour passer au « tout CSE »)
Pour la CEAPC, comme ça sent déjà le brûlé, la date de fin de cuisson sera avancée à décembre 2018.
Côté salarié-es : couper le son des représentant-es, c’est museler la parole des salarié-es. L’employeur pourra donc considérer, qu’à défaut de revendications remontant des agences et des services, tout va bien dans le meilleur des mondes RHD 20#20.
….et côté finances : si ce comité n’a rien de « social », en revanche il sera très « économique » (1 seule instance, 1 seule réunion /mois).
N’en déplaise aux différents acteurs ayant contribué à la mise en place de cette bien sinistre farce, nous sommes toujours quelques un-e-s à considérer que :
« L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne »

cse 092018

Le Bureau Sud-Solidaires BPCE/CEAPC